page title icon Participation de l’ARAM aux perspectives de reforestation en Haïti et à la Session dédiée aux plantes à Paris

Dans le cadre du séminaire de master 1 et 2 de la session dédiée aux plantes, l’ARAM a pris part aux débats qui ont eu lieu à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) le vendredi 17 décembre 2021 de 9h30 à 11h, Une discussion sur la question de méthodologie en phase avec les plantes à travers l’anthropologie, animée par Julie Laplante et Florence Pasina-Brunois.  

La thématique portait sur : « Anthropologie des savoirs et savoir-vivre ensemble écologique » offert par Florence-Brunois-Pasina, ethnologue Centre National de la Recherche Scientifique CNRS/Laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris, France. 

Reforestation, approche anthropologique et écologique

Les institutions de trois pays différents ont abordé l’aspect écologique, anthropologique et celui culturel sur la reforestation en Haiti, afin de discuter sur cette nouvelle perspective des travaux de sylviculture dans cette 22ème grande île du monde, le jeudi 16 décembre 2021 Il s’agissait de Haïti, du Canada et du Cameroun. Entre autres : 

  1. Le Jardin Botanique des Cayes (JBC) : Fondateur William Cinea, Ingénieur Forestier et entrepreneur en Haïti, pour les aspects écologiques de la reforestation ; 
  2. Planthropolab : Directeur Julie Laplante, Professeure Titulaire de la Faculté des Sciences Sociales de l’Université d’Ottawa, pouvoir des plantes du point de vue anthropologique ;
  3. L’Association pour la Recherche en Anthropologie de Médecines traditionnelle (ARAM) : Fondateur Kañaa Amos Roger pour l’expériences non seulement sur le reboisement mais aussi les pratiques médicinales.

Hispaniola 

Hispaniola en espagnol ou Haïti est une île des Caraïbes, la plus peuplée des Antilles avec 21 millions d’habitants en 2015, et avec 76 000 km2 la deuxième en superficie après l’île de Cuba. C’est en outre la 22e plus grande île du monde. Elle est partagée entre deux pays : Haïti et la République dominicaine selon wikipedia.

Conservation de la biodiversité 

Avec plus de 5600 espèces, la flore haïtienne est l’une des plus riches du monde. Depuis plusieurs décennies, la majorité des projets de reforestation par manques de connaissances, ont éliminé  cette importante et unique diversité en la remplaçant par des espèces exotiques telles que l’Acacia mangium, Albizia lebbeck, leucaena leucocephala, Azadirachta indica, Terminalia catappa. etc.  Les objectifs de conservation de la biodiversité demeurant encore de nos jours plus que constants dans les projets de reforestation.

Espèces et écosystèmes.

La différence entre les plantes du Nord et celle du sud en Haïti est visible. Cette distinction qui constitue un écosystème des montagnes et celle des côtes, nécessite une bonne tenue. Les projets ne tenant pas compte de cette nécessité, mettent en place entre 5 et 10 arbres dans la reforestation pour le compte des plaines et des montagnes sans distinction. Toutefois, l’approche fondée sur les écosystèmes afin de planter les espaces dans leurs habitats n’est pas respectée.  

Culture, plantes et population

D’un point de vue spécifique, certaines plantes, particulièrement celles médicinales, font l’objet d’un commerce international et contribuent de manière significative à l’économie des pays, malgré leur faible valorisation. La majorité de ces produits sont exclusivement exploités à partir de ressources sauvages, et cette déforestation rend impératif les savoirs des populations. Il n’est pas rare de constater que les concepteurs de projets décident de choisir leurs propres espèces de croissance rapide, qui permet la réalisation de leur projet de reforestation.

Dynamique des plantes sur les maladies et l’importance de la reforestation 

Le cas sévère de quelques maladies et produits tels que les insuffisances rénales, les anti-rétroviraux pour les malades du VIH-SIDA, les entorses, les fractures et la déforestation, sont certains des maux qui minent la société, mais aussi certaines des substances qui soulagent les patients. 

Les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) (écorces, feuilles, racines, fruits sauvages, exsudats…) sont des produits forestiers autre que le bois. Ils sont utilisés tant dans la médecine traditionnelle que dans les repas patrimoniaux, mais aussi dans la construction et autres. Leurs usages sont des connaissances utilisées en adéquation avec les plantes, pour la lutte contre les problèmes rénaux, de sang, d’os, de blessures, pour ne citer que ceux-là. 

Ces us sont surtout utilisés par les peuples autochtones qui n’ont pas facilement accès aux soins médicaux légaux. Pour les problèmes rénaux, une association de larges feuilles fraiches, déposées ouvertes sur un plancher et au dessus, saupoudrer une quantité importante de fruits sauvages séchés et écrasés. Ce mélange est utilisé comme cataplasme sec et a terme, il ramène lentement le rein insuffisant à la normale. 

Le sang, porteur de virus logé dans les plaquettes, rend difficile le travail du foie et celui des reins. Un mélange de racines et de fruits sauvages emmène le foie et les reins à se régénérer continuellement, tout en mettant à mal le virus. Le malade, qui manquait d’appétit, commence à manger pour le bon fonctionnement des reins et du foie avec ce mélange de plantes naturelles. 

Un cataplasme frais est posé sur une entorse ou une fracture. Il est une pâte composée de plusieurs herbes, qui travaillent non seulement à ramener les os et les ligaments aux endroits respectifs, mais aussi à cicatriser les blessures par un antibiotique qui se constitue dans lesdites plantes. 

Deforestation 

Le géographe américain Jared Diamond a fait le constat dans son célèbre essai Effondrement que les évolutions politiques complètement divergentes des deux pays se partageant l’île se sont traduites aujourd’hui par un degré de conservation de la forêt originelle fort dissemblable selon le pays. Une différence si nette qu’elle est visible depuis l’espace; la République dominicaine ayant su conserver sa forêt, tandis que dans l’Etat failli d’Haïti, la déforestation a été quasi-totale, aggravant ainsi les catastrophes naturelles sévissant dans ce pays selon wikipedia.

Planter les arbres sur un terrain nécessite le respect de certaines règles élémentaires qui consistent à respecter l’environnement à régénérer. Les Produits Forestiers Non Ligneux ci-dessus mentionnés, pour le traitement des maladies, ne sauraient apporter de quoi se mettre sous la main de manière objective, si les forêts n’étaient pas bien structurées. Cet écosystème est un mélange organisé d’êtres vivants d’un milieu naturel avec les connaissances qui y sont liées. Il n’est pas une orchestration barbare de coupe anarchique de bois ni de reboisement, qui ne tiennent pas compte des savoirs endogènes de ces différents milieux. 

Leave a Comment

Faire un don

 

Souhaitez-vous nous soutenir ?    Utilisez une des méthodes suivantes pour envoyez vos dons: 

 

VIREMENT BANCAIRE:                        Code SWIFT: CCEICMCX                    Code banque: 10005                                    Code guichet: 00026                                N• de compte: 03053651001                Clé: 65                                                        IBAN:CM21 10005 00026 03053651001 -65                                                        Intitulé: ASSOCIATION POUR LA RECHERCHE EN ANTHROPOLOGIE DE MÉDECINE