page title icon Valorisation de la culture médicinale traditionnelle

Compréhension, contexte et contextualisation

Canada, le 17 janvier 2023 à la salle de FSS 5028 ARAM, PLANTHROPOLAB, uOttawa

January 17, 2023 at FSS Room 5028 ARAM, PLANTHROPOLAB, uOttawa

USA, le 22 janvier 2023 ARAM, à la salle de conférence 8241 Georgia avenue Sylver Spring MD Maryland

  1. Culture médicinale traditionnelle considérée comme connaissance élémentaire 
  2. Synthèse 
  3. Compréhension de la culture médicinale 
  4. Situation de la culture médicinale dans le monde 
  5. Effritement des traditions 
  6. Valorisation de la culture médicinale traditionnelle 
  7. Stratégies de consolidation des traditions médicinales
    Conclusion 

Introduction 

Comprendre la désignation « médecine traditionnelle » est aujourd’hui défini par un parterre de personnalités tel que le diplômé est lettré et l’artiste analphabète. Dans le contexte actuel ou ladite médecine est taxée de tous les maux, la culture médicinale est méconnue de tous ou presque et aucun mécanisme n’est mis en place pour la pérennisation de cette discipline, qui est poussée à son dernier retranchement par le truchement de la disparition des forêts.

Lesdites forêts sont d’un apport majeur de production des produits forestiers non ligneux rentrant aussi bien dans la composition des médicaments traditionnels que dans la préparation des repas patrimoniaux. Il n’est pas rare d’apporter des aliments patrimoniaux à certaines personnes avec les éléments tirés des forêts qui en seront très fières et autant, elles béniront le Saint Nom. L’inverse des mêmes éléments dans le remède, sera des malédictions à l’endroit de celui qui les a composé. 

Le mal est sévèrement ancré dans nos mœurs au point qu’il n’est pas rare d’entendre les médecins et leurs acolytes les membres du clergé dire dans les médias qu’il ne faut pas se rendre chez les tradipraticiens de santé. Que ceux qui s’y rendent seront frappés par la colère du Saint Lieu. Dans cette situation, la culture médicinale traditionnelle se retrouve dans une espèce de fossé surveillé à gauche par les médecins, à droite par le clergé et au centre par les sciences modernes. 

Tous ces prétendus rabatteurs de la culture médicinale traditionnelle viennent nuitamment se faire consulter et ne reconnaissent jamais en public ce qu’ils font. 

  1. Culture médicinale considérée comme connaissance élémentaire 

L’idée selon laquelle la culture médicinale ou médecine traditionnelle est dépassée, vient beaucoup plus des prétendus scientifiques qui ne veulent pas montrer à la face du monde qu’ils s’inspirent, prennent et copient tout ou presque de la nature. En effet, dans leurs différents travaux de recherche qui, aussitôt obtenus besoins le naturel est tout de suite chassé pour donner place au synthétique.

Un produit synthétique qui est une synthèse de ce qui est au préalable complet ou naturel, n’est pas entier de celui pour lequel ce dernier est tiré. Il peut aussi bien avoir plusieurs inconvénients autant que d’avantages sur le plan culturel, sanitaire, économique et ou social puisse-t- on l’associer ou le dissocier. 

Le cas échéant pour la compréhension de tous, vous entendrez toujours dire que ce médicament est retiré du marché pour ses effets néfastes sur des individus. Et, vous écouterez très souvent dire que cet espèce est en voie de disparition; il faut la préserver pour l’équilibre culturel, sanitaire , social et économique. 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « la médecine traditionnelle est très ancienne. C’est la somme de toutes les connaissances, compétences et pratiques reposant sur les théories, croyances et expériences propres à différentes cultures, qu’elle soit explicable ou non, et qui sont utilisées dans la préservation de la santé, ainsi que dans la prévention, le diagnostic, l’amélioration ou le traitement des maladies physiques ou mentales ».  

La synthèse qui est la préparation d’un composé à partir d’éléments, est présentée par les hommes d’aujourd’hui comme pratique actuelle. Elle est pourtant effectuée par les tradipraticiens de santé et aussi dans différentes recettes culinaires patrimoniales depuis la nuit des temps. 

Il faut éviter de se faire coincer dans le jeu de mots de certains intellectuels qui prétendent que la médecine traditionnelle reste un concept. Il importe plutôt de savoir, faire savoir et orienter ses envies à rechercher le naturel pour une santé maximale. 

La médecine traditionnelle est une réalité, un fait, un domaine de définition exploré par plusieurs spécialistes pour diverses pathologies. 

2. Compréhension de la médecine traditionnelle

Explorer la médecine traditionnelle signifierait vouloir comprendre ce que cache la nature et ce qu’elle renferme comme bienfaits. Lorsque l’on dit d’un être humain qu’il a de la connaissance et qu’il est intelligent dans un domaine donné, cela signifie que ce dernier a des potentialités que beaucoup d’autres individus n’ont pas, relatives à certaines questions dont seul lui comprend rapidement comme seuls les praticiens de médecine traditionnelle savent et comprennent ce qu’ils font. 

Toutefois, la compréhension des savoirs diffèrent les uns des autres, par rapport à un sujet donné. Biens de spécialistes et chercheurs descendent sur le terrain pour la collecte des informations sur la médecine traditionnelle et non pour une collaboration sincère. 

Cette coopération est perçue par les tradipraticiens de santé comme une exploitation, au vu de la compréhension unilatérale saisie par le bon sens des informateurs et ces derniers apportent aux informés des données invraisemblables et erronées. 

De fausses informations recueillies par ces derniers seront retrouvées ensuite sur la place des marchés pour être vendues, lues, apprises et ou utilisées par plus d’un apprenant qui seront mal orientés et l’on dira de la médecine traditionnelle qu’elle est barbare et sans caractère intrinsèque parce que justement, ces spécialistes n’ont pas pu obtenir par le biais de la tricherie ce qu’ils voulaient comme informations. 

Toutefois, il faut comprendre toute la symbolique de la médecine traditionnelle qui se veut d’abord non explicable par certaines personnes qui ne sont pas autorisées à apporter des informations classées top secret comme dans toutes les sociétés secrètes. 

Les informations relatives aux actions que les autres prennent pour se faire valoir, ne sont pas toujours pointues, compte tenu du caractère de tricherie et marchand que ces informations fond l’objet. L’informé sera l’infortuné mais ne comprendra pas tout de suite qu’il n’a pas la bonne information. 

Cet infortuné sait et comprend comme il ressent mais ne saura pas qu’il divulgue de fausses informations de certains sujets qui respectent presque les mêmes canons, mais ne seront jamais ce qu’elles devraient être. Tant que les règles qui régissent l’ensemble de tout ce qui se meut dans la nature ne seront pas respectées, on se croira dans une gloire, qui sera gloire vide, avec un optimisme affiché et qui clignote du pessimisme.

La médecine traditionnelle est un tout-venant de justice et de bon sens, du respect de l’éthique jusqu’au sens les plus subjectifs que les autres appellent « superstition » et qui ont une compréhension poussée de ce que l’autre ne cerne pas et appelle « présage » favorable ou défavorable. 

La majorité des résultats de recherche ont d’ailleurs été l’objet de trouvailles qui n’avaient pas toujours été prédestinées à celui qui en était le pionnier et, de ce fait on ne peut non plus les appeler hasard.

Ce tout-venant cité plus haut est l’événement heureux ou malheureux qui n’est pas toujours bon ou mauvais dans ce malheur ou bonheur relatif, qui pousse toujours un peu plus les uns et les autres à toujours se mettre au travail pour trouver ce qui sera mieux que la précédente et que la nature a bien voulu accorder ou pas du tout aux tiers, dans un avenir proche ou lointain à ce que mère nature a choisi, pour leur abnégation à toujours l’agacer dans un sens positif ou négatif, ils l’auront.

en charge ne feront pas toujours l’unanimité en termes de guérison. Cette science séculaire demande attention et un apprentissage d’au moins sept années. La compréhension de la médecine traditionnelle ne réside pas dans la composition des recettes pour une pathologie donnée, mais dans la compréhension de la maladie et l’apport que la plante qu’on envisage utiliser pour ce mal.

Le savoir qui s’intéresse à modifier les recettes qui est fonction de l’évolution des temps, du climat et de la nature du sol est important. Les spécialistes de plusieurs pathologies soignent en fonction de la prépondérance des maladies, des plantes et essences dans différents écosystèmes. Les mêmes plantes et essences naturelles dans les mêmes conditions de maladies et de prises en charge ne feront pas toujours l’unanimité en termes de guérison. 

3. SITUATION DE LA mÉDECINE TRADITIONNELLE DANS LE MONDE

Toutes les recherches ou presque vous présenteront au premier rang de leurs matières premières des données brutes qui ne sont nulles autres que les produits tirés de la nature. 

Le choc des civilisations aujourd’hui emprunte aux sociétés des revendications de plus en plus complexes d’une part, et d’autre part l’amélioration des conditions de vie de leurs populations respectives à travers la santé par l’alimentation. 

Ces  revendications sont aussi souvent entachées de préjugés de toutes sortes, qui peuvent rendre impossible un réel dialogue sur plusieurs sujets de discussions importants et sont la cause de plusieurs questionnements d’où l’effritement des traditions. 

La pensée extérieure à la médecine traditionnelle que lui attribuent plusieurs donneurs de leçons, comme son manque chronique de procédés, absence de dosage entre autres, veut détériorer cette science aussi vieille que le monde, au détriment de la technologie qui a conféré à la science moderne ses atouts en lieu et place des trésors vivants. Ces valeurs innées de ce socle séculaire qui sont un indice révélateur résistant à l’épreuve du temps, se veulent rétrogrades selon ces penseurs. 

4.  Valorisation de la médecine traditionnelle 

Nous avons plus haut été édifiés sur le fait que la thérapeutique traditionnelle n’est guère à son beau fixe dans le monde, au vu de l’emprunt revendicative des sociétés et l’amélioration de leurs conditions de vie.

Les gardiens de la tradition comprennent cet environnement en perpétuel mouvement et le leur aussi, en se communiant et en communiquant avec lui et ce savoir se transmet aux générations futures. Ces gardiens de la tradition ne sont pas des acteurs aux faits historiques sans valeur. 

Les valeurs agonisantes de la culture médicinale sont nourries par des personnages autres que les détenteurs propres de cette culture médicinale, qui veulent, depuis toujours, mettre à l’écart les gardiens des traditions médicinales par le biais des rafales médiatiques entre la médecine traditionnelle et celle dite moderne. 

Il faut le dire sans toutefois extrapoler que, la pratique de la thérapeutique traditionnelle aujourd’hui revêt un intérêt particulier, qui doit faire face à cette conjoncture idéologique qui participe à détériorer le noyau dur des stratégies de conservation des us et coutumes, qui pourtant revêtent le caractère propre des personnages qui détiennent encore de nos jours la matière. 

5. Stratégies de consolidation des traditions médicinales 

L’objectif global de la mise en place des stratégies de valorisation de la culture médicinale traditionnelle peut passer par un engagement de manière volontaire de notre responsabilité sociale, environnementale et sanitaire et économique à travers des actions dynamiques qui sont de :

L’objectif global de la mise en place des stratégies de valorisation de la culture médicinale traditionnelle peut passer par un engagement de manière volontaire de notre responsabilité sociale, environnementale et sanitaire et économique à travers des actions dynamiques qui sont de :Contribuer à l’amélioration des conditions sanitaires des populations à travers l’utilisation des plantes, essences naturelles ;

Promouvoir les valeurs des cultures matérielles et immatérielles. Cet objectif a pour déclinaison :

  1. La préservation et la pérennisation des écosystèmes ; 
  2. La mise en place d’une pharmacopée traditionnelle opérationnelle, sa vulgarisation et sa mise en application ; 
  3. La pérennisation et la conservation des us et coutumes ; 
  4. Le plaidoyer pour la définition d’un cadre juridique de la culture médicinale. 

Conclusion 

Il ne s’agit pas de faire l’apologie de la médecine traditionnelle. Nous le savons tous ou presque que dans nos différentes cités et au vu de tout le monde, naissent des médecins traditionnels uniques en leur genre qui ternissent l’image de la médecine traditionnelle à travers la composition des drogues susceptibles d’être dangereuses pour les populations en quête de santé. 

Le savoir-faire médicinal traditionnel ne se définit pas par une ou deux recettes que l’on a entendu ici ou ailleurs et qu’un infortuné vient à préparer pour se faire un peu d’argent et se déplacer sous d’autres cieux pour d’autres forfaits. 

Leave a Comment

Faire un don

 

Souhaitez-vous nous soutenir ?    Utilisez une des méthodes suivantes pour envoyez vos dons: 

 

VIREMENT BANCAIRE:                        Code SWIFT: CCEICMCX                    Code banque: 10005                                    Code guichet: 00026                                N• de compte: 03053651001                Clé: 65                                                        IBAN:CM21 10005 00026 03053651001 -65                                                        Intitulé: ASSOCIATION POUR LA RECHERCHE EN ANTHROPOLOGIE DE MÉDECINE